SEQUESTREE ET VIOLEE PAR SON CONJOINT

Une Montalbanaise séquestrée et violée par son conjoint

(Paru dans laDépêche le vendredi 26 Mars 2010)

Les vacances sur la côte d'Azur étaient censées ressouder un couple de Montalbanais. Pour la femme, elles se sont transformées en enfer. Un véritable cauchemar à la suite duquel son compagnon a été placé en détention provisoire mardi soir. Cet homme de 33 ans et cette femme, âgée de 40 ans, se fréquentent depuis maintenant plusieurs mois. Une relation chaotique. Le jeune homme se montrerait fréquemment menaçant voire particulièrement violemment. De son côté, sa compagne vivrait dans la peur des coups. La semaine dernière, ils décident de partir quelques jours sur la côte d'Azur. La Riviera ne peut que les réconcilier et raviver leur amour. Un doux rêve.

Très vite, le séjour se transforme en cauchemar. A plusieurs reprises, la jeune femme encaisse les coups de son compagnon. Au cours d'une promenade, il va jusqu'à la pousser sur des rochers.

Lorsqu'elle est examinée par un médecin, après avoir déposé plainte, son corps est couvert d'ecchymoses. Dans l'hôtel où ils résident rien ne se calme. Une fois dans leur chambre, terrorisée, la jeune femme n'aurait pas osé se refuser à son compagnon.

À son retour, dimanche, elle pousse la porte des urgences du centre hospitalier de Montauban. Devant le médecin qui l'ausculte, elle raconte avoir été battue, séquestrée et violée. Rapidement prévenu, le procureur de la République alerte le commissariat. Immédiatement, des patrouille de l'unité de sécurité publique (USP) et de la Bac se lance à la recherche du jeune homme. Il est interpellé dimanche soir, à quelques centaines de mètres du domicile de sa victime. Placé en garde à vue, il aurait nié les faits qui lui reprochés. Mardi, il a été conduit au palais de justice et présenté devant le procureur de la République. Mis en examen pour violence, séquestration et viol, il a ensuite été conduit à la maison d'arrêt. Dans le cadre de la commission rogatoire délivrée par le juge d'instruction en charge du dossier, les policiers poursuivent leurs investigations afin de déterminer la nature des pressions qui auraient été exercées mais aussi les circonstances dans lesquelles ces actes ont été commis.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.